Portail d'informations ski sur les pistes des Aravis

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Télésiège quadriplace fixe de la Tête de Cabeau

Retour à la page des remontées mécaniques de Manigod


Au sommaire :

  • A l'assaut de la Tête de Cabeau...
  • La Tête de Cabeau : la nouvelle remontée emblématique de la Croix-Fry
  • Les gares aval
  • Les lignes
  • Les gares amont
  • Clôture

.

A l'assaut de la Tête de Cabeau...

Le premier téléski de Manigod fut construit en 1964 au "Plan du Mont". Cet appareil primitif sera par la suite transféré dès 1967 au Col de la Croix-Fry, un lieu jouissant d'un meilleur enneigement, avant d'être démonté en 1969. Un second téléski semble également avoir vue le jour en 1966 au Rosières. L'installateur de ce petit appareil contribuera à la création de la société "les téléskis de la Croix-Fry" qui installera en 1968 le téléski du Grand-Crêt. Ce téléski fut le premier appareil à lancer la station et la société, convaincue par le succès du téléski du Grand-Crêt après sa première saison, remplaça dans la foulée en le téléski des Rosières par un appareil plus moderne. Ce nouvel appareil a été installé entre le téléski du Grand-Crêt et le téléski de la Tête de Cabeau, ce dernier ayant également été construit en 1969.

Long de presque d'un kilomètre et disposant d'un virage à droite pour éviter d'être en dévers, le téléski de la Tête de Cabeau permettait de gravir la montagne qui lui a donné son nom depuis le col de la Croix-Fry. On accédait ainsi à plusieurs itinéraires et pistes intéressants. C'est durant ces années-là que fut également construit le premier téléski des Rhodos.

.

En 1971, le domaine voisin de l'Etale, plus connu sous le nom du secteur de Merdassier, se développait indépendamment par le biais d'une seconde société privée (la SERPAL) et installa le téléski du Chevreuil. Cet appareil permit de hisser les skieurs depuis le col de Merdassier jusqu'au sommet de la Tête de Cabeau : la jonction entre les deux domaines était née, et la Croix-Fry construisit l'année suivante le téléski de la Tête de Cabeau 2, doublant sur un tracé identique le premier appareil.

Après plusieurs années de pause et la construction du seul téléski débutants du Baby en 1975, la première moitié des années 1980 vit une relance des investissements sur la Croix-Fry :

  • La construction du télésiège de la Crête Blanche (dont une petite partie était parallèle au téléski des Rhodos) en 1981.
  • La modernisation des téléskis des Rosières et de la Tête de Cabeau 1 & 2.
  • La réimplantation d'un télésiège de la Clusaz pour traverser la route de la Croix-Fry (1985).

La liaison vers Merdassier depuis la Croix-Fry fut donc confortée car, outre les deux téléskis de la Tête de Cabeau, le nouveau télésiège de la Crête Blanche permit d'assurer ce rôle en plus de la desserte du secteur. En revanche, du côté de Merdassier, seul le téléski du Chevreuil assurait la liaison...

Le téléski du Merle fut donc installé en 1983 sur un tracé original afin d'aider celui du Chevreuil dans sa tâche. Mais il ne parvint pas à réduire la saturation de ce dernier qui fut finalement remplacé dès 1987 par le télésiège du Chevreuil après seulement 16 ans de service !

De l'autre côté, l'arrivée du télésiège de la Croix-Fry en 1985 pour franchir la route du col contribua à l'augmentation de la fréquentation du secteur, désormais relié entièrement à la Clusaz. Face à cette croissance qui entraina une saturation quotidienne du télésiège de la Crête Blanche, le téléski du Grand Crêt fut rallongé en 2007 pour atteindre l'arrivée du télésiège de la Crête Blanche, permettant de seconder ce dernier dans son rôle.

Après avoir modernisé le télésiège de la Croix-Fry en 2010, c'est vers les téléskis de la Tête de Cabeau que la société "des téléskis de la Croix-Fry" projetait d'investir, afin de remplacer les téléskis par un télésiège quatre places fixe. Mais la commune, soucieuse du développement de la station, décida en 2012 de mettre un terme aux deux contrats de délégation de service public (DSP) de la SERPAL et de la société "des téléskis de la Croix-Fry". Elle choisit alors la société Labellemontagne, plus connue dans la profession sous le nom de "Rémy Loisirs", pour reprendre l'intégralité des deux secteurs du domaine skiable. Les premiers investissements de ce groupe à son arrivée dans les Aravis fut de développer la neige de culture sur le secteur de la Croix-Fry, mettre en place un vaste domaine de ski nocturne et remplacer les deux téléskis de la Tête de Cabeau par le télésiège tant attendu. Ce nouveau télésiège, construit en 2015 et présenté au travers de ce reportage, prit un tracé différent des téléskis qui court-circuitait ainsi le virage de ces prédécesseurs mais qui traversait désormais le cœur de la forêt.

.

Situation du télésiège sur le plan des pistes :

Le télésiège de la Tête de Cabeau permet l'accès à quatre pistes dont deux d'entre elles restent sur le secteur de la Croix-Fry. Il s'agit tout d'abord de la piste des Gentianes qui retourne au départ du télésiège et permet de rejoindre le télésiège de la Croix-Fry. La piste de l'Andran quant à elle retourne au départ de l'installation en passant au bord de la forêt. Sur le secteur de Merdassier, ce télésiège dessert les pistes des Framboises et des Girolles qui permettent d'accéder à cette autre partie du domaine et notamment au télésiège du Chevreuil.

.

.

La Tête de Cabeau : la nouvelle remontée emblématique de la Croix-Fry

Le télésiège de la Tête de Cabeau fut donc fournit par Pomagalski durant l'été 2015. C'est un appareil classique pour sa génération des années 2010, avec sa gare motrice "Unifix" où se trouve la chaîne cinématique et la tension de l'appareil, sa ligne avec les sièges "Doudouk" et sa gare amont retour fixe.

L'embarquement est équipé d'un tapis Ficap bicolore, permettant aux skieurs de se positionner correctement avant d'embarquer sur un siège, dont les assises sont bicolores et correspondent au tapis comme vous pourrez le constater sur les photos.

Ce télésiège est donc devenu immédiatement le nouvel appareil phare de Manigod, apportant une touche de modernité au domaine skiable puisque les autres téléportés du domaine datent tous des années 1980. Sur la Croix-Fry, l'arrivée de ce télésiège à haut débit a pu permettre de réduire la fréquentation du télésiège de la Crête Blanche, et la Tête de Cabeau pris ainsi le rôle d’appareil principal du secteur, qui était jusque-là tenu par le télésiège biplace voisin ! 

On notera également que ce nouveau télésiège est exploité la nuit pour le ski nocturne. Des projecteurs équipent donc certains pylônes de ligne pour créer un éclairage d'ambiance et facilité les interventions et évacuations nocturnes. Dans ce cadre du ski nocturne, l'appareil n'est exploité qu'à 58% de son débit maximum (alternance de 7 sièges accessibles pour 5 sièges bloqués) afin de faciliter une éventuelle évacuation verticale.

.

Les caractéristiques actuelles du télésiège de la Tête de Cabeau :

Caractéristiques administratives :

  • Nom de l'appareil : la Tête de Cabeau
  • Type d'appareil : télésiège à pinces fixes 
  • Secteur : la Croix-Fry
  • Commune : Manigod
  • Exploitant : Manigod Labellemontagne
  • Génie civil/montage : VLM (Vertical Levage Montage)
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Exploitation spécifique supplémentaire : ski nocturne
  • Constructeur : Pomagalski
  • Année de construction : 2015

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude de la gare aval : 1447 m
  • Altitude de la gare amont : 1655 m
  • Longueur : 1016 m
  • Dénivelé : 208 m
  • Pente moyenne : 21%
  • Pente maximale : 54%

Caractéristiques techniques :

  • Emplacement de la station motrice : aval
  • Type de gare motrice : gare Unifix
  • Type de motorisation principale : moteur à courant continu
  • Puissance du moteur principal : 180kW
  • Type de motorisation de secours : moteur électrique alimenté par un groupe électrogène
  • Nombre de freins de poulie : 2
  • Emplacement de la station de tension : aval
  • Type de tension : hydraulique
  • Nombre de vérins : 2
  • Installation électrique : SEMER Automatismes
  • Diamètre du câble : 40.5 mm
  • Capacité des sièges : 4 personnes
  • Type de sièges : Doudouk
  • Nombre de sièges : 137
  • Dispositif d'accouplement : pince fixe
  • Embarquement : de face
  • Aide à l'embarquement : tapis d'embarquement

Caractéristiques de la ligne et d'exploitation :

  • Nombre de pylônes : 11
  • Nombre de virages : 0
  • Largeur de la voie : 4.90 m
  • Sens de montée : gauche
  • Sens d’exploitation : montée
  • Vitesse en ligne : 2.3 m/s
  • Temps de montée : 7mn 22s
  • Débit : 2200 p/h

.

.

La gare aval

La gare est située au col de la Croix-Fry, à 1447 mètres d'altitude à proximité immédiate de la gare aval du télésiège de la Crête Blanche et non loin des téléskis des Rhodos et des Rosières. Elle se compose d'un unique pied supportant une structure sur laquelle se trouve la poulie motrice et l'entrainement de l'installation, composé des deux moteurs électrique. Cette gare assure également la tension de l'installation grâce à deux vérins situés sous la partie mobile de la gare. Les skieurs se présentent ainsi sous la poulie depuis l'arrière de la gare, guidés par un tapis d'embarquement. Le poste de conduite principal se trouve ici, accolé à la gare.

.

La gare aval du télésiège de la Tête de Cabeau à gauche, avec le télésiège de la Crête Blanche à droite :

Vue opposée : 

La gare aval Unifix dans son environnement : 

Vues rapprochées de la gare et du premier pylône : 

Vue de l'embarquement, avec le tapis bicolore : 

La gare aval vue depuis le télésiège de la Crête Blanche : 

Le moteur électrique principal et le réducteur se trouvent sous le capot blanc situé dessous la poulie. Ce capot est bien visible sur les photos précédentes. Néanmoins, en cas d'avarie sur ces deux éléments ou en cas de coupure de l'alimentation électrique du télésiège, il est possible d'évacuer la ligne à l'aide d'un moteur électrique auxiliaire, plus petit, et qui par l'intermédiaire d'un autre réducteur permet d'entrainer la poulie motrice à partir d'une roue dentée. Ce moteur électrique de secours est alimenté par un groupe électrogène situé au sous-sol du local opérateur.

Le moteur auxiliaire de secours situé juste au coin de la poulie et qui entraine cette dernière par l'intermédiaire de la roue dentée : 

 

.

.

.

La ligne

La ligne de cette installation est de longueur moyenne. Par sa situation et son tracé direct pour rejoindre le sommet de la Tête de Cabeau, elle traverse une forêt sur la majeure partie de la ligne. Au départ, on monte tout doucement jusqu'au pylône 2, qui marque le début de la pente la plus raide de l'installation. On traverse alors une zone autrefois boisée qui fut ravagée par la tempête de 1999. A partir du pylône 3, la pente s'adoucit et on rentre complètement dans la forêt. Jusqu'au pylône 11, la ligne est alors très monotone, avec aucune rupture de pente et juste le survol de la piste Myosotis après le pylône 8.

La ligne comporte 11 pylônes numérotés de 1 à 11. Dans l'ordre de la montée, cela donne :

  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 8SC/8SC
  • P3 : 6S/4S
  • P4 : 8S/6S
  • P5 : 8S/6S
  • P6 : 8S/6S
  • P7 : 8S/6S
  • P8 : 8S/6S
  • P9 : 8S/6S
  • P10 : 8S/6S
  • P11 : 4S/4S

.

Vues sur la ligne :

Vue aérienne de la ligne avec l'emplacement des pylônes :

La gare de départ et le premier pylône vue depuis la première portée :

Le tout début de la ligne avec le col de la Croix-Fry juste derrière : 

Le début de la ligne : 

Puis la longue traversée dans le bois de la Tête de Cabeau : 

Vue vers le bas de la ligne depuis la piste Myosotis

La fin de la ligne : 

La partie finale, sur le sommet de la Tête de Cabeau : 

Portée entre les pylônes 1 et 2, avec la fin de la piste de l'Andran à gauche : 

Pylône 2, on attaque la partie la plus raide de l'installation : 

Pylône 3 : 

Portée entre les pylônes 3 et 4, dans la partie où la forêt fut dévastée par la tempête de 1999 : 

Pylône 4 : 

Pylône 5, on monte tranquillement dans la forêt : 

Pylône 6, sur lequel on aperçoit un projecteur permettant d'éclairer plusieurs portées du télésiège dans le cadre de son exploitation nocturne : 

Portée entre les pylônes 6 et 7 : 

Pylône 7 : 

Pylône 8, après lequel on croise la piste Myosotis

Pylône 9 : 

Portée entre les pylônes 9 et 10, avec au fond le sommet de l'Etale : 

Pylône 10 : 

Pylône 11 d'arrivée : 

La ligne est équipée de 137 sièges Doudouk à quatre places. Ceux-ci sont équipés de sièges rembourrés confortables, dont les assises rouge et noir permettent une plus grande facilité d'embarquement des skieurs par le repérage de la place qu'ils doivent prendre par rapport à leur position sur le tapis, également matérialisé par ces deux couleurs : 

.

.

.

La gare amont

La gare amont est située à 1655 mètres d'altitude au sommet de la Crête de Cabeau, non loin de l'arrivée du télésiège du Chevreuil desservant le secteur de Merdassier. Cette gare est la plus simple que l'on peut trouver car elle n'est constituée que d'une poulie de retour fixe montée sur un massif béton.

Vues sur la gare :

.

.

.

Clôture

La construction du télésiège de la Tête de Cabeau était très attendue sur la Croix-Fry. Outre une meilleure accessibilité par la clientèle, il a pu définitivement enrayer la file d'attente des téléskis et améliorer la jonction avec Merdassier. Le confort est au rendez-vous, mais on peut regretter que le temps de montée ait été rallongé, d'autant plus que la traversée dans la forêt est très monotone en l'absence de point de vue et de pistes au-dessous. Néanmoins, il fait nul doute que ce télésiège continuera d'être plébiscité par la clientèle pendant de longues années, de part sa position stratégique au sein du domaine mais également par ses pistes et hors-piste desservis. L'affluence du hors-piste empruntant la tranchée du télésiège témoignant déjà de cet engouement...

.

Retour à la page des remontées mécaniques de Manigod